Faire un don
Faire un don

Amir – Réfugié

«J’ai mal aux pieds, les semelles de mes chaussures sont usées. Mon regard est fermement tourné vers l’avant. Je vais toujours plus loin, car derrière moi, il y a des maisons effondrées et de la tristesse. Une peur que je ressens dans tout mon corps m’accompagne. Je me demande quand je pourrai à nouveau respirer et je m’accroche à l’espoir que ce sera mieux ailleurs», ces pensées ont traversé l’esprit d’Amir il y a six ans, lorsqu’il a pris la fuite avec sa famille pour fuir la guerre en Afghanistan.

Nous rencontrons Amir à la Sissacher Tafel à Sissach. Il fait partie de l’équipe de bénévoles et aide là où il peut. En particulier lorsqu’il s’agit de porter des choses lourdes, ses coéquipiers plus âgés lui sont reconnaissants. Nous nous asseyons avec Amir dans le coin du canapé. Il commence à parler avec hésitation : «Je ne peux pas tout vous raconter, les souvenirs sont encore trop frais et des sentiments naissants me rendraient à nouveau infiniment triste». Le jeune homme de 21 ans se demande par où commencer : «Quand j’avais 15 ans, ma mère a décidé de quitter l’Afghanistan avec moi et mes deux jeunes frères et sœurs. Le fait que notre père ait été tué par les thalibans nous choquait encore. Notre pays d’origine était traversé par des combats, la population vivait dans une peur constante et nous perdions chaque jour des personnes que nous connaissions et que nous aimions. Ma mère, qui s’est retrouvée seule avec trois enfants, a rassemblé le strict nécessaire. Il ne devait pas y avoir grand-chose, car nous avons entamé la première étape à pied. C’est ainsi que notre fuite a commencé».

Amir s’agite un peu sur le canapé et continue son récit : «Nous avons marché en direction de l’Iran. En chemin, nous avons eu la chance de pouvoir faire une partie du voyage en voiture. Nous n’étions pas la première famille à se mettre en route. Une fois en Iran, j’ai été séparée du reste de ma famille. Désespérément, j’ai essayé de savoir ce qui était arrivé à ma famille. J’ai alors appris que ma mère et mes frères et sœurs n’avaient pas obtenu l’asile de l’Iran et avaient été renvoyés chez eux. Et si je devais moi aussi retourner dans un endroit sans avenir ? Lors d’une conversation téléphonique avec ma mère, nous avons décidé ensemble que je devais continuer. Nous savions que nous ne nous verrions pas avant très longtemps. Peut-être plus jamais. De l’Iran, j’ai continué vers la Turquie, puis vers la Grèce. Là-bas, j’avais entendu dire que l’Albanie accueillait des réfugiés, mais une fois en Albanie, j’ai réalisé que c’était une impasse. J’ai fait demi-tour, je suis retourné en Grèce, j’ai pris un bateau pour l’Italie, puis je suis arrivé en Suisse. Après trois ans de fuite, à 18 ans». Amir se racle la gorge et poursuit : «Ici, j’ai enfin pu respirer et je me suis senti en sécurité depuis longtemps. Ma fuite a entamé mes forces, j’étais simplement heureux d’être arrivé».

Amir a aujourd’hui 21 ans et, depuis son arrivée en Suisse, il fait de son mieux pour se construire une nouvelle patrie. Amir a entendu parler de la Table de Sissach grâce à de nouvelles connaissances et s’est rapidement retrouvé dans la file d’attente pour l’aide alimentaire. Attentif comme il l’était, il a vu que l’équipe de la banque alimentaire aurait besoin de quelques mains supplémentaires pour l’aider. Il a proposé son aide et depuis, chaque vendredi, il met la main à la pâte pour préparer les tables, trier les denrées alimentaires et ensuite les ranger. Amir est reconnaissant d’avoir eu la chance de vivre en sécurité. En s’engageant dans la distribution de nourriture, il souhaite donner quelque chose en retour et exprimer sa gratitude. La responsable sur place déclare : «Amir est un soulagement incroyable pour nous. Il voit rapidement ce qui doit encore être fait et c’est un jeune homme indépendant. C’est bien qu’il fasse partie de l’équipe».

Amir apprécie beaucoup le contact social à la banque alimentaire de Sissach. A son arrivée, il ne connaissait personne, il n’avait ni famille ni connaissances en Suisse. Il était également conscient qu’il devait apprendre l’allemand rapidement afin de pouvoir suivre une formation. «Malheureusement, cela n’a pas encore fonctionné cette année. Mon allemand est suffisant pour un apprentissage, mais il me manque encore des connaissances de base en mathématiques. En Afghanistan, je n’ai pas pu aller dans une vraie école. Je vais donc profiter de cette année pour combler mes lacunes et j’espère pouvoir commencer un apprentissage en 2024. Mon souhait pour mon avenir est d’avoir un diplôme d’apprentissage, de trouver un travail et de pouvoir ainsi mener une vie meilleure».

Amir nous fait partager son histoire afin que l’on comprenne mieux les raisons qui poussent les gens à fuir vers la Suisse.

« Aperçus » précédents

Al Oron t’aide

Lorsque l’association Al Oron t’aide ouvre pour la première fois ses portes en septembre 2019, 5 personnes se >>>

Röbi – Bénévole

«Tournez à gauche ici, puis à droite sur le parvis», indique Röbi au chauffeur. Il n'a pas besoin >>>

retour
2023-08-31T16:07:30+02:00
Aller en haut