Faire un don
Faire un don

Drahtesel

Pleine d’impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit et de nombreuses autres offres du restaurant Dreigänger à Liebefeld sont composés de denrées alimentaires sauvées. Christoph Häberli, cuisinier de longue date, s’est souvent demandé, au cours de sa carrière dans la restauration, pourquoi tant de denrées alimentaires finissaient à la poubelle. Depuis mars 2023, il est directeur du restaurant Dreigänger, qui fait partie de l’organisation Drahtesel. Drahtesel s’engage en faveur des personnes sans perspectives d’emploi. Grâce à des programmes d’intégration professionnelle, les personnes sont préparées au premier marché du travail afin qu’elles puissent prendre durablement pied dans la vie professionnelle. Chaque année, 775 participants, dont des apprentis, peuvent profiter de cette offre. Des participants et des apprentis travaillent également dans la cuisine de Christoph. Il déclare : «Chaque personnage a sa particularité. J’ai plaisir à travailler avec des personnalités différentes et à leur transmettre des connaissances, notamment en matière d’utilisation consciente des aliments».

Le thème Foodsave est particulièrement important pour Christoph. C’est pourquoi il a contacté la fondation Table Suisse. James Henzi, responsable de la région Mittelland, et Christoph ont développé une nouvelle offre et un menu Foodsave a bientôt fait son apparition sur la carte des menus. Le menu, composé d’aliments sauvés et de qualité irréprochable, est proposé les mardis, mercredis et jeudis. Non seulement le menu est délicieux, mais il peut également être vendu à un prix plus avantageux. Cela soulage notamment le porte-monnaie des participants au programme. Pour chaque menu vendu, 2 CHF sont reversés à Table Suisse. Une offre supplémentaire est la corbeille de fruits gratuite, qui permet aux participants d’avoir accès à suffisamment de vitamines. Christoph nous parle de la dernière livraison de Table Suisse : « Nous avons reçu une quantité incroyable de framboises. Les barquettes ont été éliminées dans le commerce parce qu’elles contenaient une ou deux framboises pas très jolies. Ainsi, le consommateur n’achète malheureusement plus les framboises. Dans notre cuisine, nous avons trié chaque barquette. Finalement, nous avons eu cinq grandes caisses remplies de framboises impeccables. Nous les utilisons pour préparer des desserts, des sauces, des smoothies et des confitures. Nous pouvons ainsi faire comprendre aux participants qu’une approche durable de la nourriture prend certes un peu plus de temps, mais qu’elle en vaut la peine au final. En tout cas, les smoothies ont été rapidement épuisés », conclut Christoph en souriant.

Christoph nous fait visiter le restaurant. Dans la cuisine, tout est préparé pour le service de midi. Au fond du fournil, on peut sentir l’odeur des biscuits fraîchement cuits et la vapeur qui s’échappe déjà de grandes casseroles. Les corbeilles de fruits préparées sont disposées sur une étagère. Lors de notre visite, nous avons également pu visiter l’entrepôt du restaurant. Il n’y a pas beaucoup de place. Nous remarquons que sur une étagère, il n’y a presque que des conserves. «Lorsque nous recevons de Table Suisse des aliments que nous ne pouvons pas utiliser immédiatement dans nos menus ou nos corbeilles de fruits, nous prolongeons leur durée de conservation. Nous y parvenons en les faisant mariner ou sécher», explique Christoph. Le menu Foodsave d’aujourd’hui se compose d’une purée de pommes de terre au fenouil. Pour cela, on utilise des raisins conservés par nos soins en guise de garniture. Nous nous en convainquons tout de suite et commandons le menu Foodsave pour le déjeuner.

Comme le nom de l’organisation le laisse supposer, la bicyclette trouve son origine dans un atelier de réparation de vélos. Les fondateurs de la fondation faîtière Sinnovativ, autrefois encore appelée «Fondation pour les sans-abri de Berne», avaient commencé par une offre d’aide au logement et voulaient occuper leurs résidents avec un travail utile. C’est ainsi qu’est né l’atelier de réparation de vélos Drahtesel. Aujourd’hui, Drahtesel propose de nombreux autres domaines de travail à ses participants. Grâce à des coachings, des formations, des entretiens de conseil et des expériences de travail, les personnes sont préparées à une intégration durable dans le monde du travail. Les expériences professionnelles peuvent être acquises dans le restaurant, dans le magasin d’articles d’occasion, dans le magasin de vélos, dans l’atelier de métallurgie, dans l’artisanat de jardin, dans l’atelier médias, dans le Facility Service et dans le projet Restwert.

Kaspar Gyger, responsable d’une mesure du marché du travail, fait partie de l’équipe de Drahtesel depuis plus de 15 ans : «J’ai pu voir comment notre organisation s’est développée au fil des ans et s’efforce de répondre aux besoins des gens. C’est fascinant de voir comment les collaborateurs et les participants interagissent, comment les uns et les autres se motivent mutuellement». Naemi Wälchli, responsable de l’intégration professionnelle, déclare également : «L’être humain est au centre. Les participants et le personnel d’encadrement, nous tous ensemble, formons l’équipe Drahtesel.»

Outre Drahtesel, la fondation faîtière Sinnovativ compte deux autres organisations : Velafrica, qui livre les vélos recyclés de Drahtesel dans des régions d’Afrique touchées par la pauvreté, et Wege Weierbühl, qui propose un logement encadré et accompagné aux personnes en situation de détresse personnelle.

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

retour
2024-01-11T13:43:05+01:00
Aller en haut