Faire un don
Faire un don

Église missionnaire libre de Lausen

Il est peu avant 14 heures, la camionnette de Table Suisse est en train de ranger les caisses vides. Les bénévoles de l’église libre donnent un coup de main. Aujourd’hui, la livraison est un peu en retard, mais grâce aux mains agiles des bénévoles, les légumes sont rapidement triés et joliment disposés. La Lausner Tafel est ouverte tous les jeudis. Les bénéficiaires arrivent à 15 heures, s’inscrivent au premier étage et, après avoir été appelés, peuvent faire leurs courses au rez-de-chaussée pour 2 francs. Les produits sont comptés et chaque personne reçoit la même quantité.

«Table de Lausner»

La communauté missionnaire libre de Lausen a été fondée en 1968 et est organisée en association. Depuis environ 17 ans, la communauté chrétienne ouvre ses portes aux personnes dans le besoin dans le cadre de la « Lausner-Tafel ». Les personnes sont mises en relation par la commune politique de Lausen, qui délivre une attestation aux personnes dans le besoin. Avec cette attestation, les personnes touchées par la pauvreté peuvent se rendre à la Lausner-Tafel, qui délivre ensuite un « Food-Pass-Lausen ». Environ 60 cartes sont en circulation. Parmi les bénéficiaires, on trouve surtout des travailleurs pauvres et des migrants. Chaque jeudi, une quarantaine de bénéficiaires se rendent au centre de distribution alimentaire de la Liestalerstrasse 2. Dès le début, une étroite collaboration a été établie avec Table Suisse pour les dons de nourriture. Outre Lausen, il existe d’autres banques alimentaires régionales dans le nord-ouest de la Suisse. Elles travaillent avec le même système et s’échangent entre elles en fonction des besoins.

Quand le «plus» est arrivé

En 2014, Thomas Havener, en tant que pasteur, et Regula Havener, en tant que coordinatrice des projets et de la construction d’églises, ont commencé à travailler au sein de l’église libre. Les deux hommes ont rapidement remarqué que la simple distribution de nourriture ne suffisait plus à couvrir les besoins des personnes. De nombreux bénéficiaires étaient par exemple accompagnés de leurs enfants, ceux-ci couraient partout dans la maison, pleins d’énergie, et l’atmosphère avait tendance à être plutôt tendue. Le pasteur Havener a donc décidé de rassembler les petits et de les divertir avec des jeux et des histoires. «Certains enfants ne comprenaient pas l’allemand et ne pouvaient pas non plus se faire comprendre entre eux. Mais cela leur était égal, car ils savaient qu’ils se trouvaient dans des situations de vie similaires et que cela les liait». D’autres offres sont nées de ce petit cercle, comme l’aide aux devoirs et, plus tard, même un « minichile » pour les enfants. Les parents en étaient très reconnaissants, ils pouvaient recevoir les aliments en toute tranquillité et discuter avec les autres parents. L’observation de l’interaction sociale a conduit à la mise en place du coin café. Selon Regula, «cela a marqué le début de l’intégration des deux côtés. Nous sommes une église chrétienne libre. Notre souhait est de transmettre l’amour de Dieu et de Jésus, et nous souhaitons partager la joie de cet amour». C’est ainsi qu’au fil des années, une confiance mutuelle s’est installée. Toutes les personnes, quelle que soit leur religion, ont appris à connaître l’amour chrétien du prochain dans l’église. Ainsi, en plus du café, il y eut bientôt des dîners communs, des cours d’allemand et d’autres événements. La Lausner-Tafel-Plus, un projet de et pour les gens, était née. «Chaque culture a quelque chose de génial et cela peut prendre de la place. Chaque personne peut être ce qu’elle est et les limites réciproques sont acceptées», ajoute Regula.

L’entraide s’est transformée en coopération

Mais de nombreuses offres nécessitent de nombreux bénévoles. Ceux qui ont reçu de l’aide se sont portés volontaires. «Au début, nous avions du mal à croire à cet engagement. Nous avions besoin de soutien et il était naturel pour nos bénéficiaires de proposer leur aide. Je n’ai par exemple guère à faire avec la bourse aux vêtements, dont trois de nos clients s’occupent de manière autonome». Regula, un peu amusée, montre du doigt les tables de fouille et explique qu’il s’agit d’un bon exemple d’intégration bilatérale. « Nous, les Suisses, nous aimons l’ordre », dit-elle en montrant les portemanteaux triés. «Les gens des pays du sud aiment les bazars», ajoute-t-elle en montrant à nouveau les tables de fouille.

En parler, de cœur à cœur

Thomas prend explicitement le temps de discuter chaque jeudi. Chaque personne a sa propre histoire. L’aide alimentaire allège le budget du ménage et apporte un peu de sécurité. Ce qui est souvent négligé pour les migrants et les personnes marginalisées, c’est le soutien psychique. Les problèmes ne sont pas discutés et se répercutent dans d’autres domaines de la vie. C’est pourquoi le pasteur estime qu’il est très important d’aborder les problèmes dans l’église libre. Cela aide à parler des situations difficiles, à partager les expériences traumatisantes et à travailler ensemble pour les surmonter. «Pour certains visiteurs, il a fallu des années avant qu’ils aient suffisamment confiance pour s’ouvrir et accepter de l’aide».

Samuel Hanna, un Égyptien qui vit en Suisse avec sa famille depuis trois ans, a été un grand enrichissement pour l’église. «Ma femme est suisse et lorsque le temps est venu de scolariser les enfants, nous avons décidé de nous installer en Suisse. Je suis ingénieur textile de formation, mais je me suis toujours intéressé aux gens et j’ai suivi diverses formations continues dans le domaine de la psychologie et de la gestion des traumatismes. De plus, je parle de nombreuses langues». Depuis sept mois, la famille vit à Lausen et Samuel s’engage avec cœur comme bénévole dans le projet Lausner Tafel Plus. Il est lui-même chrétien copte, mais ne fait pas de distinction religieuse entre les gens. « J’aide ceux qui ont besoin d’aide. Grâce à mon empathie, j’entends souvent plus que ce que les personnes dans le besoin me disent et je peux ainsi les aider en discutant avec elles. J’aime décrire cela comme «parler de cœur à cœur ». Beaucoup de migrants sont traumatisés par la guerre, la fuite ou les mauvais traitements. La guérison de l’esprit les aide à reprendre pied dans la vie».

«Le projet de Dieu à Lausen»

Cette précieuse cohabitation entre les cultures sous le toit d’une église chrétienne libre devait finalement être officiellement consolidée. Depuis l’année 2022, l’association fonctionne comme «projet de Dieu à Lausen». Le projet implique la participation active de personnes de différentes cultures et origines religieuses. 22 nations et 19 langues sont actuellement représentées. On prie ensemble et des événements sont organisés. Chacun y participe à sa manière.

Table de Lausen

Dernières « Aperçus »

retour
2023-01-25T14:29:10+01:00
Aller en haut