Faire un don
Faire un don

FEG Düdingen-Freiburg – Distribution alimentaire

L’Eglise évangélique libre de Guin-Fribourg existe depuis plus de 110 ans. Auparavant, la communauté était basée à Fribourg. Lorsque la communauté a grandi, les membres ont trouvé en 2004 un nouveau site à Guin, à la Bonnstrasse 18. Les locaux de la FEG sont en partie loués à des entreprises et des associations externes. Outre le culte, la FEG peut proposer à ses membres des offres variées, comme divers événements pour les enfants et les jeunes, des groupes d’échange pour les adultes et des programmes d’après-midi pour les personnes âgées. Les offres supplémentaires à orientation sociale telles que l’aumônerie, les services de prière et les distributions alimentaires permettent d’atteindre d’autres personnes. La paroisse souhaite ainsi apporter sa contribution aux personnes dans le besoin. «Nous ne voulons pas seulement prêcher, mais aussi faire quelque chose», estime Esther Köppel, bénévole pour la distribution de nourriture.

Barbara Pulst a pu prendre la direction du projet de distribution alimentaire il y a environ deux ans. En 2018, la commune caressait déjà l’idée de proposer une aide alimentaire dans la région. Après quelques retards, Barbara a pu démarrer la première distribution en juin 2021. Tous les mardis, de 17h00 à 18h30, les visiteurs peuvent venir chercher gratuitement un sac de denrées alimentaires. Pour que cela soit possible, dix bénévoles se relaient pour les préparatifs. Les bénévoles arrivent à 16 heures, trient les marchandises, vont chercher des marchandises complémentaires dans le petit entrepôt et préparent les sacs. Il y a trois sortes de sacs. Un sac pour une personne, un sac pour trois personnes et un sac pour quatre personnes ou plus. On essaie ainsi de répondre aux besoins respectifs des bénéficiaires et de maintenir une distribution équitable. «Si nous voyons que les dons de nourriture reçus et les marchandises de l’entrepôt ne suffisent pas, nous allons dans les magasins locaux pour acheter quelque chose en plus. Mais nous ne pouvons malheureusement pas toujours le faire avec notre budget limité», déclare Esther.

Barbara nous raconte comment le projet a commencé : «Au début, peu de gens venaient. Il fallait d’abord que ça se sache. Il y avait suffisamment de personnes intéressées, mais elles devaient d’abord trouver le courage de venir nous voir. A l’époque, nous organisions encore la distribution de denrées alimentaires sous la forme d’un stand de marché. Cela signifie que les bénéficiaires marchaient avec nous le long du stand et pouvaient choisir les aliments. Même avec l’augmentation lente des inscriptions, ce concept a très bien fonctionné. Les visiteurs apprécient de pouvoir «faire leurs courses» gratuitement. Avec le temps, l’idée d’un café est venue. Les visiteurs peuvent commander gratuitement un café à partir de 17 heures au coin cuisine. Parfois, ils y ajoutent une petite pâtisserie ou un peu de chocolat. C’est ainsi que sont nés de beaux cafés où les gens peuvent se parler, échanger et s’entraider avec des conseils. Esther et moi prenons alors volontiers le temps de participer aux conversations». Barbara ajoute : «Nous organisons également la distribution de nourriture de la manière la plus durable possible. Nous sensibilisons les bénéficiaires au fait qu’ils peuvent nous retourner les sacs vides, ainsi que les bocaux vides, que nous pouvons ensuite utiliser pour des conserves. Les visiteurs:trices doivent savoir qu’ils:elles peuvent aussi contribuer à une solution durable».

«Avant la guerre en Ukraine, nous avons pu accueillir une vingtaine de familles. Aujourd’hui, après un an de guerre et un flux de réfugiés qui ne faiblit pas, nous avons atteint nos limites avec environ 45 familles. Nous avons déjà adapté le concept du stand de marché aux sacs préemballés. La majeure partie des denrées alimentaires nous est encore fournie par la fondation Table Suisse. Mais cela ne suffit malheureusement plus. Nous ne voulons toutefois pas refuser les personnes dans le besoin. Nous orientons les personnes qui ne sont pas domiciliées dans la région vers d’autres centres de distribution alimentaire. Pour les réfugiés ukrainiens, nous demandons une attestation de domicile en guise de contrôle», explique Barbara. Maintenir l’obstacle bureaucratique aussi bas que possible est dans l’esprit de la FEG.

Barbara ajoute : «Nous cherchons actuellement de nouvelles solutions sans que cela ne devienne trop compliqué pour les bénéficiaires et les bénévoles. Nous ne savons pas encore si nous devons prévoir un deuxième jour pour la distribution ou prolonger la distribution du mardi. Une extension de l’offre signifierait que la distribution alimentaire a besoin de plus de bénévoles, qui sont très difficiles à trouver. De plus, nous avons d’abord impérativement besoin d’autres partenaires pour les dons de denrées alimentaires».

Une autre préoccupation de la FEG est d’abaisser le seuil d’inhibition des Suisses. On constate que les personnes ayant un passeport suisse sont plutôt gênées d’accepter de l’aide. Les personnes âgées ne passent pas non plus, bien que la pauvreté des personnes âgées augmente fortement en Suisse. Regula, une Suissesse qui fréquente la distribution de nourriture à Guin, déclare : «J’étais très sceptique lorsque l’aide sociale m’a parlé de la distribution de nourriture. Notre famille ne recevait plus d’aide sociale en raison d’un revenu trop élevé de 100 CHF. Ce n’est qu’après plusieurs semaines que j’ai trouvé le courage de m’adresser à la FEG. Après mes premières visites, j’avais des sentiments mitigés. D’une part, j’étais reconnaissante pour les denrées alimentaires, mais en même temps, j’étais un peu en colère contre la situation globale. Il y a certainement beaucoup d’autres personnes qui auraient besoin d’aide. En raison de la pression sociale, beaucoup ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas se considérer comme pauvres. Cette mentalité les empêche de recevoir de l’aide. Nous devons tous parler davantage de la pauvreté en Suisse». Sandra, sa collègue qui profite également de l’offre de la FEG, hoche la tête en signe d’approbation : «C’est uniquement parce que Sandra m’a emmenée à l’une de ses visites à Guin que j’ose maintenant venir régulièrement. Nous nous encourageons mutuellement et nous disons que c’est ok».

Faire un don

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

Dario – Civiliste

«Chaque jour est différent, c'est ce qui me plaît. J'ai vite su que je préférais faire un service >>>

Al Oron t’aide

Lorsque l’association Al Oron t’aide ouvre pour la première fois ses portes en septembre 2019, 5 personnes se >>>

retour
2023-08-31T16:22:08+02:00
Aller en haut