Freihuus – Lebensmittelpunkt

«Aimerais-tu un café ?», demande-t-on aux visiteurs de la Freihuus. Tous les jeudis, de 10 à 12 heures, l’équipe de bénévoles accueille ses hôtes à l’Oberdorfstrasse 39 à Wädenswil. Le Café Lebensmittelpunkt sert de point de distribution de denrées alimentaires et de lieu de rencontre social. A l’entrée, des sacs remplis de denrées alimentaires sont prêts à être distribués. Lors de la première distribution à 10 heures, ce sont des ménages sous pression financière qui viennent et lors de la deuxième distribution à 11 heures, ce sont des réfugiés ukrainiens qui s’arrêtent. Chaque ménage reçoit un sac, après quoi les invités peuvent s’asseoir dans le café. Selon leur culture, les clients commandent une boisson chaude au comptoir, tandis que d’autres cultures aiment se faire servir un café. Toutes les personnes ne s’attardent pas, certaines prennent congé après avoir reçu leur sac. La plupart d’entre eux apprécient la convivialité et l’échange.

«Au début de l’année, nous conditionnions environ 50 à 60 sacs. Maintenant, en juin, nous en sommes à 100 sacs», explique le responsable de la communauté et pasteur Josua Eugster. Le projet a été initié par Oliver Affolter qui, avec des bénévoles, a organisé la première distribution de nourriture à Wädenswil en 2014. Fin 2022, Josua Eugster a pris le relais. Cet ancien logisticien apporte une expérience précieuse. «Avec les 100 sacs, la capacité est épuisée avec l’équipe existante. Il est tout à fait possible qu’à l’avenir, davantage de personnes dans le besoin se rendent au centre alimentaire. Cela nécessitera alors encore plus de bras et de bons déroulements. Le nombre de ménages pauvres est malheureusement en augmentation», estime Josua.

Josua et l’équipe prennent volontiers le temps de s’asseoir à la table des clients. Ici et là, on discute un peu et si un client est prêt à parler de ses problèmes, les membres de l’équipe l’écoutent attentivement. Ils donnent des conseils sur la manière de gérer la situation. Pour les entretiens plus personnels ou à la demande de la personne concernée, la Freihuus dispose d’une salle de consultation. Les personnes peuvent s’y confier dans un cadre protégé. L’équipe est consciente de l’importance d’une confiance solide pour cela. Le pasteur raconte : «Nous sommes là, nous écoutons, nous discutons et nous montrons aux gens que nous sommes bien disposés et que nous voulons les aider. Cette attention est très appréciée. Les origines culturelles et la religion ne jouent aucun rôle. Tout le monde est le bienvenu à la Freihuus. Cela présuppose également des relations respectueuses entre nous. En tant que pasteur, on me demande parfois de prier. Cela signifie par exemple que je prie pour une amélioration de la situation d’urgence de la personne concernée ou que je prie ensemble, chacun dans sa langue.»

Pour le pasteur et l’équipe, l’amour du prochain et l’estime jouent un rôle central. L’équipe, composée d’une quinzaine de jeunes seniors, est très motivée. Ils se tiennent à chaque fois prêts avec une cafetière, du thé et une oreille attentive. Ils sont heureux de pouvoir aider les autres. Certains des bénévoles ont été ou sont eux-mêmes touchés par des situations de détresse existentielle et peuvent se mettre particulièrement à la place de leurs hôtes. John nous fait part de ses réflexions : «Depuis environ un an, j’ai la chance de participer à ce projet. Je suis membre de la paroisse et c’est ainsi que j’ai appris l’existence de la distribution alimentaire. J’apprécie les rencontres avec les personnalités les plus diverses. Le café social qui suit la distribution des sacs est important pour moi. Il permet d’entretenir des relations et les visiteurs se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls dans leur détresse. De plus, c’est formidable de voir comment nous sauvons des aliments ensemble». Liesbeth est là depuis longtemps. Membre de longue date de la paroisse, elle a toujours rêvé d’un café social. Elle a donc tout de suite été enthousiasmée par le projet de la Freihuus et a immédiatement mis la main à la pâte. Hans ajoute : «C’est un souhait personnel que le centre de vie puisse continuer à exister à Wädenswil. Comme presque tous les projets basés sur des dons, la couverture financière n’est jamais facile. Nous sommes heureux de pouvoir compter sur le soutien de donateurs locaux de denrées alimentaires et de Table Suisse. De plus, le Freihuus vit du travail bénévole et de dons privés, ce que nous ne considérons pas comme allant de soi». Hansueli, également bénévole, s’était auparavant engagé auprès de l’Armée du Salut. Il s’identifie à l’idée de redonner quelque chose à ses semblables : «Je souhaite que les gens soient plus ouverts face aux situations d’urgence et que la population se penche davantage sur le thème de la pauvreté en Suisse».

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

2023-08-31T16:04:55+02:00
Aller en haut