Faire un don
Faire un don

Comment un ancien bénéficiaire de Table Suisse est devenu un donateur

Tel un cow-boy du Far West, Jakob Wampfler est assis au bar de « Chez Edy », sur la Waisenhausplatz à Berne. Chapeau en cuir noir, veste en cuir marron sur un cardigan gris et des chaussures d’extérieur à la semelle très épaisse. « Je les ai reçues en cadeau de la part de l’entreprise après un spot publicitaire auquel j’ai participé », explique cet homme de 52 ans dans le chant le plus large et le plus réfléchi de son dialecte de l’Oberland bernois. « Les chaussures sont si confortables que je n’ai pas mal aux pieds. Une fois, j’ai cassé mes deux talons, mes deux chevilles et tous mes orteils alors que j’étais complètement bourré ».

Originaire du Diemtigtal, il commande un coca et nous regarde avec ses yeux bleus et clairs, plein d’attente. Pendant l’interview, il réfléchit un peu avant de nous répondre. Il parle lentement, de manière réfléchie et parfois avec des jeux de mots auxquels des sculptures en bois conviendraient bien.

Lors de la journée de la soupe organisée par Table Suisse à Berne, vous avez déposé un billet de cinquante francs dans l’urne destinée aux dons.
Jakob Wampfler : Oui, cela en valait la peine ! Je trouve que Table Suisse est une institution grandiose qui m’impressionne fortement et dont j’ai aussi longtemps profité lorsque j’étais dans le caniveau.

Par l’intermédiaire de quelles institutions avez-vous bénéficié de denrées alimentaires de Table Suisse ?
J’ai souvent mangé à la cuisine de rue de Berne, parfois aussi à l’Armée du Salut.

Pendant les 23 années où vous avez été dépendant à l’alcool et au cannabis, vous avez certainement été touché par la pauvreté.
Oui, à certains moments. C’était juste, et quand j’avais du travail, je convertissais la plus grande partie de mon salaire en liquide. Parfois, je ne pouvais même pas me permettre d’aller boire un café. Mais j’avais des vêtements et toujours un toit sur la tête.

Pendant 23 ans, vous avez souffert d’une grave dépendance à l’alcool, vous avez fait plusieurs tentatives de suicide et vous vous êtes retrouvé à plusieurs reprises à l’hôpital ou en clinique psychiatrique. Comment en êtes-vous arrivé là ?
Als Adolescent, je n’avais aucune estime de moi, un environnement difficile et surtout une relation difficile avec mon père. J’ai eu le « coup de gueule » et la peur de la vie, c’est pourquoi j’ai commencé à me droguer : d’abord avec de l’alcool, puis avec des joints. Je pensais que je supporterais mieux la vie si je n’étais pas dans la réalité.

Mais ils ont aussi eu des emplois pendant la période de dépendance.
Oui, il y a toujours eu une poignée de personnes qui, contre toute raison, ont cru en moi : Dans la coopérative de la bande à Bümpliz, puis au Département fédéral de la justice, où j’ai commencé à travailler comme coursier de la poste en 1992.

Vous y travailliez quand vous étiez encore dépendant ?
J’ai essayé de maîtriser ma dépendance, mais j’ai toujours eu des rechutes. En été 1999, ma santé et mon moral n’ont jamais été aussi mauvais, et j’ai fait une énorme chute. J’aurais alors certainement été éjecté du Palais fédéral si Heinrich Koller, un fonctionnaire en chef de l’époque, ne m’avait pas donné une dernière chance. Il m’a dit : « Wampfler, si vous faites une nouvelle rechute, je vous mets immédiatement et personnellement à la porte ». Puis il m’a donné son numéro de portable et m’a dit : « Vous pouvez m’appeler 24 heures sur 24 si vous vous sentez mal et que vous avez la déchirure ». Je me suis alors dit : « Je ne peux pas décevoir un tel homme » ! Et je ne l’ai pas fait non plus : depuis le 20 août 1999, je n’ai plus touché une goutte d’alcool.

Comment trouvez-vous votre vie depuis lors ?
Aujourd’hui, je peux être joyeux ou même péter les plombs sans avoir d’alcool dans le sang. Mais c’est tout sauf facile de vivre la vie un par un. Quand je lis le journal ou que je regarde la télévision, il y a chaque jour au moins 20 raisons pour lesquelles on pourrait se planter une aiguille dans le bras ou s’écraser une bouteille de whisky sur le visage – mais cela ne change rien à la réalité, tu ne fais que te détruire toi-même.

En 2005, vous avez publié votre livre « Vom Wirtshaus ins Bundeshaus ». Vous y décrivez comment vous avez réussi à sortir de la dépendance, entre autres grâce à l’aide de Dieu. Combien de livres avez-vous vendus jusqu’à présent ?
Jusqu’à présent, nous avons vendu environ 15 000 exemplaires. Pendant un certain temps, le livre a même été classé 8e sur la liste des best-sellers – grâce à l’écrivain Lukas Hartmann, qui m’a conseillé pour le livre, il y a eu un véritable battage médiatique. J’ai donné beaucoup d’interviews.

Et non seulement vous avez écrit un livre après votre sortie de l’addiction, mais en plus vous avez trouvé la femme de votre vie.
J’ai rencontré ma chère épouse Sophie exactement un an et demi après être devenu sobre – et je suis très reconnaissant qu’il en soit ainsi et qu’elle n’ait pas eu à traverser cet enfer comme tant d’autres partenaires de personnes dépendantes.

Aujourd’hui, vous ne vivez plus dans la pauvreté – vous travaillez à 50 % au Palais fédéral et voyagez à travers la Suisse pour donner des conférences. Y a-t-il d’autres choses que l’alcool auxquelles vous renoncez volontiers par respect pour notre planète ?
Ma femme et moi achetons les aliments en connaissance de cause et ne nous gavons pas tous les jours au point de ne plus savoir où nous sommes. Nous nous procurons de nombreux articles ménagers dans les brocantes. Comme nous vivons à Thoune Ouest, nous sommes très proches de plusieurs de ces temples de l’achat farfelus – mais au mois de décembre, je n’y mets même pas les pieds. Le fait que dans notre pays, les chiens et les chats aient plus de choix que les humains dans d’autres pays, je trouve cela misérable. Et pourquoi devrais-je choisir parmi 50 sortes de pain alors que d’autres n’en ont pas une seule ? C’est un luxe et une prétention qui crient vers le ciel – et cela me dégoûte quand je vois comment les gens s’en servent.

Vous préférez vous rendre à la journée de la soupe de Table Suisse…
(rires)… oui, ou au banquet de Noël du pasteur Sieber à Zurich ! Quand je vois ces nombreux marginaux se jeter sur le buffet avec un grand appétit, mon cœur exulte.

Avez-vous encore un beau mot de conclusion pour nos lectrices et lecteurs du Tour de Table ?
Soyons conscients que les conditions que nous avons en Suisse ne vont pas de soi et ne sont pas forcément méritées ! Nous n’avons pas de guerres, nous avons assez à manger, nous n’avons pas de catastrophes naturelles folles. Nous ne devons pas oublier les personnes qui n’ont rien ou peu de choses. Je dois toutefois ajouter ici que tout le monde ne veut pas profiter des bonnes institutions sociales que nous avons en Suisse, loin de là : Il y a beaucoup de gens qui ne vont pas bien du tout, mais qui préfèrent mourir de faim ou de froid plutôt que de demander de l’aide. Il y a quelque chose dans le Suisse, une sorte de fierté, qui empêche cela. Mais tout le monde a le droit de bien manger, les gens doivent profiter de ce qui leur est proposé ! Il n’y a pas de honte à cela – ce qui est honteux, ce sont les quantités que nous jetons alors qu’il y a tant de pauvres en Suisse.

https://jakobwampfler.ch/

Dernières « Aperçus »

Costa Croisières Suisse

La compagnie maritime Costa s'engage avec la Costa Crociere Foundation dans des projets sociaux et environnementaux internationaux. >>>

«Sentitreff» à Lucerne

Au Sentitreff à Lucerne, nous rencontrons Raphael et Flavia, qui travaillent pour l'organisation en tant que salariés, et >>>

retour
2022-03-24T16:26:07+01:00
Aller en haut