Faire un don
Faire un don

Partage Riviera

Le 17 mars 2023, l’institution Partage Riviera a organisé un apéritif sur son nouveau site. En l’espace de trois semaines, toute l’organisation a déménagé de l’avenue Reller 6 à l’ancien bâtiment Nestlé de l’avenue Reller 14. «Dans l’ensemble, le déménagement s’est bien passé. Comme les deux sites ne sont distants que de 200 mètres, nous avons pu transporter le matériel au coup par coup avec nos propres véhicules. Puis, le 16 mars, le camion est arrivé pour les gros meubles. Après cela, les locaux précédents étaient vides», explique Michel Botalla, coordinateur de Partage Riviera.

Pour la réouverture, le comité de l’organisation a accueilli ses bénévoles, ses partenaires, dont Baptiste de Table Suisse et des représentants de Nestlé, pour une petite fête. Pierre-André Glauser, président de l’organisation, a commencé par s’adresser aux invités : «Depuis la pandémie, l’inflation et l’afflux de réfugiés en provenance d’Ukraine ont eu comme conséquence que lademande d’aide alimentaire a énormément augmenté à Vevey. Avant la pandémie, Partage Riviera comptait une cinquantaine de bénéficiaires. Aujourd’hui, ce sont 500 familles qui viennent régulièrement. En tonnes, ce sont 1,5 tonne de nourriture qui ont été distribuées chaque semaine en 2019 et 6 à 7 tonnes en 2022. Grâce au nouveau local, la capacité peut être augmentée jusqu’à 600 familles que nous pouvons approvisionner. Ceci est possible grâce à nos bénévoles et à nos partenaires. Un grand merci également à l’entreprise Nestlé qui met gratuitement les nouveaux locaux à la disposition de Partage Riviera. Cet allègement financier ouvre de nouvelles possibilités et profite à ceux qui ont un besoin urgent d’aide».

Les nouveaux locaux de l’avenue Reller 14 comprennent une zone d’accueil avec un bureau, un petit hall qui se prête bien au tri des marchandises reçues et un large couloir avec quatre pièces à gauche et quatre pièces à droite. Sur le côté gauche, un mur a été abattu entre deux pièces afin de laisser suffisamment de place pour la distribution des denrées alimentaires. En outre, l’institution peut utiliser le quai de livraison, l’ascenseur et un emplacement à la cave comme entrepôt. Au total, 400 m2 sont mis à la disposition de l’organisation. Grâce au gain de place et à la répartition, les bénéficiaires peuvent être accueillis avec encore plus de dignité.

Au début, les bénéficiaires étaient plutôt les migrants qui profitaient del’offre de Vevey. Depuis les nombreuses crises, on compte entre 40% et 50% de Suisses, et de plus en plus de personnes âgées. Les bénéficiaires sont répartis en groupes pour la distribution. A Vevey, la distribution a lieu le mardi ou le vendredi. De plus, il y a une distribution externe en collaboration avec La Passerelle pour les réfugiés ukrainiens le mercredi. A Clarens, la distribution a lieu le jeudi et le samedi celle-ci est à Villeneuve. Les personnes en situation précaire peuvent s’inscrire pour les différentes distributions alimentaire directement auprès de Partage Riviera.

Le 17 mars, en plus de l’apéritif d’ouverture, la première distribution a eu lieu sur le nouveau site. Les bénéficiaires sont entrés dans le bâtiment selon le rendez-vous qu’ils avaient reçu par SMS. Certains sont arrivés un peu hésitants par l’entrée principale. Ils ont ensuite attendu brièvement dans la zone d’accueil que leur numéro soit appelé. L’une des bénéficiaires était en retard, son numéro était déjà passé lorsqu’elle s’est présentée à la réception. «Le timing est très important, c’est la seule façon de fonctionner sans problème», explique Laurence Maikoff, membre du comité. La bénéficiaire s’est excusée et a assuré qu’elle serait à nouveau à l’heure la prochaine fois. Elle a ensuite pu passer devant la réception, traverser le petit hall sur la gauche et se rendre au bout du couloir.

Au bout du couloir, on entre dans le rayon pain et pâtisseries. C’est chez Kathrin, une bénévole de longue date, et c’est avec elle que commence la «tournée d’achat» gratuite. C’est avec le sourire que Kathrin accueille les clientes et les clients. «C’est agréable de rencontrer autant de personnes de cultures différentes. J’apprécie beaucoup le contact», dit-elle. Une porte de communication permet d’accéder au rayon des fruits et légumes. Les bénévoles savent de quelle marchandise ils peuvent donner un peu plus et quels produits ne sont que peu disponibles. Ils s’assurent ainsi que les produits sont distribués équitablement jusqu’à la dernière personne. A l’autre bout de la salle se trouve le rayon des produits réfrigérés et surgelés, où les produits laitiers, la viande et le poisson sont prêts. Grâce aux réfrigérateurs, la chaîne du froid des produits peut être garantie jusqu’à la distribution. Une fois les sacs remplis, la bénéficiaire retourne dans le couloir et quitte Partage Riviera par l’entrée principale. «Malheureusement, nous n’avons pas encore eu le temps d’aménager le coin café et nous allons probablement y renoncer pour le moment. Nous voulons d’abord optimiser la distribution de la nourriture et répondre à la demande croissante», explique Michel. Partage Riviera s’efforce d’offrir à ses clients une distribution détendue des produits. «Le quotidien des personnes touchées par la pauvreté est déjà suffisamment stressant. L’aide alimentaire doit alléger le budget du ménage, tout comme leurs esprits», ajoute Michel.

Michel est coordinateur de Partage Riviera depuis 2019. Avant cela, cet ancien ingénieur en informatique a dû lui-même faire l’expérience de ce que c’est que d’être sans ressources. Découvrez l’histoire de Michel dans un portrait.

Portrait Michel Botalla

« Aperçus » précédents

Röbi – Bénévole

«Tournez à gauche ici, puis à droite sur le parvis», indique Röbi au chauffeur. Il n'a pas besoin >>>

Travail de rue Elim

Andy, qui effectue son service civil, est le premier à arriver à la maison Elim et commence les >>>

Amir – Réfugié

«J'ai mal aux pieds, les semelles de mes chaussures sont usées. Mon regard est fermement tourné vers l'avant. >>>

Table de Sissach

«Avons-nous besoin d'un centre de distribution alimentaire à Sissach ?», à cette question, la commune de Sissach a >>>

Fondation Suchthilfe

En cas de grande détresse et de grande misère, la demande d'offres d'institutions sociales augmente. Dans les années >>>

zurück
2023-08-31T16:16:57+02:00
Aller en haut