Faire un don
Faire un don

René – L'alcool était mon refuge

Il est lundi, 7h30, et René est assis dans l’atelier de production de la Töpferhaus d’Aarau. Il est en train de peindre les sandwichs pour la journée. Ensuite, il se consacre au remplissage des sacs d’épices, à la préparation des légumes et à tout ce qu’il y a à faire en cuisine. Il aime faire son travail et a toujours le sourire aux lèvres. «J’aime avoir des gens autour de moi. Je suis quelqu’un de sociable», déclare René. Il est maintenant 12 heures et Table Suisse arrive avec sa camionnette. René donne un coup de main et apporte les denrées alimentaires à l’intérieur. Après le déjeuner, lui et une collègue de travail trient la marchandise reçue. La salade et les légumes sont aussitôt préparés pour le lendemain.

Depuis environ six ans, René travaille et vit dans le complexe de la fondation. Il se souvient : «Lorsque j’ai posé ma candidature pour une place il y a presque six ans, j’avais déjà surmonté le point le plus bas de ma vie. Vous devez savoir qu’après avoir été employé pendant dix ans, j’ai perdu mon travail de logisticien et n’ai pas retrouvé d’emploi par la suite. J’ai dû abandonner mon appartement faute de salaire. Heureusement, j’ai pu être hébergé chez mes parents pendant un certain temps. Retourner vivre chez mes parents à presque 50 ans, c’était dur. Toute cette situation m’a beaucoup pesé. Que pouvais-je encore faire de ma vie ? Je ne savais pas quoi faire. Malheureusement, je me suis retrouvé dans un environnement qui m’a encore plus tiré vers le bas, j’ai rencontré les mauvais amis et j’ai sombré dans l’alcool. Je me sentais très mal à l’époque. Dans un bon moment, j’ai décidé que cela ne pouvait pas continuer ainsi. Ce n’était pas facile. C’est aussi à cette époque que mon père est décédé et que ma mère a dû bientôt partir en maison de retraite. Où irais-je alors ?»

René avait entre-temps reçu une assistance. Il s’est fixé comme objectif de se débarrasser de l’alcool. Il s’est déshabitué de l’alcool sans autre soutien extérieur. Lorsque sa santé s’est améliorée, il a franchi une nouvelle étape.

«C’est par hasard que j’ai entendu parler d’une organisation qui s’appelle Töpferhaus Aarau. La fondation proposerait du travail et des logements à des personnes comme moi, sans perspectives d’avenir. J’étais un peu nerveux lorsque j’ai finalement été invité à me présenter à la Bachstrasse 117 à Aarau. Lorsqu’ils m’ont donné leur accord pour que j’emménage dans l’une des colocations, un grand poids s’est envolé de mes épaules. Les premiers mois, j’ai partagé un appartement avec un jeune. Cela me convenait. Plus tard, un studio s’est libéré, j’avais donc à nouveau mon propre appartement. De plus, je bénéficie d’un encadrement adapté à mes besoins», explique René.

Il poursuit avec un sourire: «Je travaille maintenant à 60% dans l’atelier de production de la cuisine. L’équipe est satisfaite de moi. La culture du tutoiement vécue, c’est-à-dire les relations personnelles d’égal à égal, renforce aussi ma confiance en moi. J’espère pouvoir rester jusqu’à la retraite. À 61 ans, je n’aurais probablement plus beaucoup de chances sur le marché du travail. Chaque membre de l’équipe a sa propre histoire. Nous nous encourageons mutuellement et savons que nous ne sommes pas seuls», conclut-il.

René souligne qu’il a eu de la chance de pouvoir se libérer de l’alcool en peu de temps. Il n’est pas resté trop longtemps dans ce dilemme. Cependant, d’autres personnes ont moins de chance et souffrent d’alcoolisme depuis trop longtemps. Il souhaite que ces personnes trouvent le courage de demander de l’aide. L’abus d’alcool se fait souvent en cachette et les personnes concernées ont honte de leur dépendance. Demander de l’aide et se faire aider demande un effort considérable. Selon l’Office fédéral de la statistique, on estime que 250 000 à 300 000 personnes sont dépendantes de l’alcool en Suisse. Beaucoup de ces personnes dépendent en outre de l’aide alimentaire. La fondation Table Suisse approvisionne de nombreux centres de distribution de denrées alimentaires qui offrent aux personnes souffrant d’addiction un soutien constant dans leur vie.

Aidez-nous à rendre la nourriture accessible aux personnes dans le besoin.

faire un don

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

retour
2023-08-31T16:13:00+02:00
Aller en haut