Faire un don
Faire un don

ThanksGiver

«Tu connais ça, tu as une vie magnifique et tu veux donner un peu de ce bonheur» ?

Laura Rosso est italienne, fondatrice de ThanksGiver et maquilleuse de formation. Elle a déjà beaucoup voyagé dans le monde. Au cours de ses voyages, elle a vu la pauvreté et la faim dans les endroits les plus divers. Ces expériences l’ont incitée à s’engager socialement. Elle a déjà mis en œuvre différents projets à Londres et en Inde. Toujours en collaboration avec les gens locaux sur place. «Je voulais ainsi remercier les gens sur place pour le bon temps que j’avais passé dans leur pays». Lorsque Laura s’est ensuite rendue en Suisse pour son travail, elle a été surprise de réaliser que la pauvreté et la faim existaient également ici. Elle a décidé de rester. Elle vit maintenant depuis six ans à Bâle et a mis en place son dernier projet «ThanksGiver». «Il était difficile de trouver un local pour la banque alimentaire prévue. Finalement, la paroisse évangélique de Birsfelden a proposé sa salle communale. J’en ai été très heureux. Il y a trois ans, la première distribution alimentaire a eu lieu à Birsfelden», raconte Laura.

La fondation Table Suisse fait partie des partenaires principaux. Chaque jeudi, la fondation livre les denrées alimentaires sauvées au Birsstegweg 5 à Birsfelden. Un véhicule à chaque fois rempli de marchandises, souvent deux et même rarement trois véhicules pleins. Laura explique pourquoi il faut autant de marchandises : «Nous recevons la visite d’environ 450 personnes qui viennent chercher des denrées alimentaires pour toute leur famille. Ce qu’elles emportent doit alors suffire pour une semaine. D’un point de vue logistique, c’est un travail considérable. Grâce à nos 15 bénévoles, qui se portent régulièrement volontaires, c’est faisable. De plus, la paroisse évangélique nous soutient en gérant un café. Nous sommes reconnaissants de pouvoir offrir cette plus-value aux visiteurs».

Un jeudi au Birsstegweg 5

Nous sommes jeudi, 14 heures. Peu après, deux camionnettes de Table Suisse arrivent. Un bénévole de ThanksGiver a tout de suite remarqué les camions de livraison et appelle les autres. Avec les deux civilistes de Table Suisse, ils déchargent la marchandise et l’amènent dans la salle communale pour le tri. Une fois que toutes les denrées alimentaires sont dans la salle, les civilistes de Table Suisse prennent congé et repartent. Laura appelle à la réunion d’équipe dans la salle. Ils discutent de la manière dont ils vont disposer les denrées alimentaires sur les tables. Les bénéficiaires sont divisés en deux groupes pour la distribution, il est donc important qu’il y ait également suffisamment de marchandises pour le deuxième groupe. Pour cela, les bénévoles mettent une partie de la marchandise de côté.

Il est 15h20 et une file d’attente se forme à l’extérieur de l’entrée. Mais les visiteurs de ThanksGiver doivent encore patienter un peu. Il manque encore une livraison annoncée de Table Suisse. A trois heures et demie, le véhicule arrive enfin. Il s’agit maintenant de décharger la marchandise le plus rapidement possible et de la transporter à l’intérieur. Tous les bénévoles donnent encore un coup de main. Vers 16 heures, tout est prêt. Aujourd’hui, les tables sont bien garnies. Différents légumes, fruits, produits de boulangerie et produits de conservation comme les soupes et les sauces sont prêts. Dehors, dans le couloir, un comptoir de friandises a pu être installé. Les bénévoles se répartissent maintenant sur les tables pour la distribution des denrées alimentaires. C’est parti ! Laura s’occupe du contrôle d’entrée et se dirige vers la porte d’entrée. Elle salue chaque visiteur d’un rire chaleureux et laisse entrer les gens au fur et à mesure. «Nous laissons entrer les bénéficiaires par groupes de cinq pour éviter qu’il y ait trop de monde aux tables de la salle», explique Laura.

Les invités semblent détendus lors de leur visite, car ils savent que les denrées alimentaires sont distribuées de manière équitable et que même la dernière personne recevra de bonnes marchandises. ThanksGiver alterne l’ordre des personnes à chaque fois. Chaque personne est enregistrée et se voit attribuer un temps. Aujourd’hui, ce système fonctionne plutôt bien, mais ce n’était pas si simple au début, estime Laura : «Au début, nous devions être très stricts avec les visiteurs. S’ils se présentaient avant l’heure indiquée, nous les envoyions à la fin de la file d’attente. Les personnes qui respectent leur créneau horaire ne doivent pas être désavantagées. Avec notre mélange de cultures, il a fallu un peu de temps pour que tout le monde comprenne. Les clients qui viennent chez nous depuis longtemps l’expliquent désormais aux nouveaux venus», déclare Laura.

Une fois que les bénéficiaires ont rempli leurs sacs de nourriture pour leur famille, certains restent encore dans le café. Hans-Peter et Lukas de l’église évangélique prennent les commandes de café et de thé. Aujourd’hui, il y a même un peu de gâteau en plus. «Nous ne nous imposons pas aux visiteurs. Nous sommes à leur écoute s’ils veulent nous parler», expliquent-ils.

Au bout d’une cinquantaine de minutes, le premier groupe est passé et le deuxième groupe est déjà prêt à l’extérieur. Avant que Laura ne laisse entrer les prochains bénéficiaires, les bénévoles garnissent les tables avec les marchandises retenues auparavant. Une fois de plus, les tables sont bien remplies. Les choses continuent. Au bout d’une heure, le dernier visiteur est parti et toutes les tables de la salle sont vides. Tout le monde s’occupe maintenant de ranger et de nettoyer les lieux.

Les bénévoles de ThanksGiver témoignent

Lidia habite à Birsfelden et soutient le projet presque depuis le début. « ThanksGiver n’était ouvert que depuis un mois quand j’ai remarqué en passant devant les nombreuses personnes qui faisaient la queue. Je me suis dit qu’il devait s’agir d’une distribution de nourriture. Intéressée comme je l’étais, je me suis renseignée auprès d’un des bénévoles et j’ai obtenu le contact de Laura. Lors de la prochaine distribution de nourriture, j’ai déjà mis la main à la pâte. Depuis, j’aide régulièrement les jeudis», raconte-t-elle.

Lara ne participe que depuis peu. Elle aussi vit dans la région de Bâle et cherchait une activité utile. Elle a découvert le projet ThanksGiver par le biais de Benevol, une plateforme de bénévolat. Elle raconte comment cela lui a plu jusqu’à présent : «Le travail est agréable et j’aime le contact avec les visiteurs».

Jessica Wyss, collaboratrice du back office de Table Suisse, a interrogé un autre bénévole, Larry, et n’a pas pu s’empêcher de sourire : «Ici, tous les prénoms semblent commencer par un «L». Larry est originaire du Nigeria. Depuis cinq ans, il vit à Bâle avec sa famille. C’est par l’intermédiaire d’une connaissance qu’il a entendu parler de ThanksGiver. «Je suis actuellement à la recherche d’un nouvel emploi. C’est pourquoi j’apprécie de pouvoir m’engager dans la distribution de nourriture le jeudi. De temps en temps, je ramène aussi un peu de marchandise à la maison. Mais je suis surtout là parce que je veux aider», explique-t-il.

ThanksGiver dispose désormais de deux sites pour sa distribution de nourriture. En plus de Birsfelden, une distribution a également lieu à Muttenz, dans les locaux de la communauté évangélique mennonite Schänzli. Laura souhaite ouvrir d’autres sites, car la demande d’aide alimentaire a rapidement augmenté ces derniers mois. C’est également ce que confirme Michele Hostettler, responsable de la région Nord-Ouest de la Suisse à Table Suisse. «En raison des crises, le besoin en denrées alimentaires a fortement augmenté ces derniers mois. De plus en plus de personnes cherchent de l’aide auprès d’organisations disposant de banques alimentaires. Ces organisations nous demandent alors des livraisons encore plus importantes. Parallèlement aux crises, la logistique de la fondation est montée en puissance, les tournées ont été optimisées et des discussions ont été entamées avec de nouvelles filiales».

« Aperçus » précédents

Röbi – Bénévole

«Tournez à gauche ici, puis à droite sur le parvis», indique Röbi au chauffeur. Il n'a pas besoin >>>

Travail de rue Elim

Andy, qui effectue son service civil, est le premier à arriver à la maison Elim et commence les >>>

Amir – Réfugié

«J'ai mal aux pieds, les semelles de mes chaussures sont usées. Mon regard est fermement tourné vers l'avant. >>>

Table de Sissach

«Avons-nous besoin d'un centre de distribution alimentaire à Sissach ?», à cette question, la commune de Sissach a >>>

Fondation Suchthilfe

En cas de grande détresse et de grande misère, la demande d'offres d'institutions sociales augmente. Dans les années >>>

zurück
2023-08-31T16:16:10+02:00
Aller en haut