Faire un don
Faire un don

Therese – Working Poor

3 heures du matin, le réveil sonne. Lentement, Therese se redresse dans son lit et pense «encore une nouvelle journée». Elle s’habille, passe devant la chambre de sa fille qui dort encore tranquillement, puis Therese prend son petit-déjeuner, s’installe dans sa voiture et part au travail. Le réservoir est presque vide. Elle s’arrête donc à une station-service et observe le chiffre qui grimpe sur la pompe à essence. Il ne suffit pas de remplir le réservoir aujourd’hui, son budget mensuel ne le lui permet pas. La semaine prochaine, c’est le jour de la paie, il faut que cela suffise d’ici là.

4 heures, au travail, elle réceptionne le courrier publicitaire et les journaux qu’elle doit distribuer aujourd’hui. Therese lit la liste de distribution et retourne s’asseoir dans sa voiture chargée. Elle vit depuis deux ans et demi dans le district de la Singine et connaît désormais bien la région. A l’origine, elle avait appris le métier de jardinier, mais après son mariage, elle est devenue mère de trois enfants et s’est occupée de la famille et du ménage. Lorsque les enfants ont été assez grands, elle s’est remise à chercher du travail. Le travail de publicitaire convenait à sa famille en termes d’horaires, alors qu’elle aurait été trop rigide en tant que jardinière. Après son divorce, elle a dû s’occuper seule de trois enfants. Un nouveau changement de profession n’était pas envisageable à l’époque. Aujourd’hui, seule sa plus jeune fille vit encore à la maison. Mais après plus de 20 ans, elle a perdu le contact avec la vie professionnelle. De plus, elle doit lutter contre l’arthrose. Elle ne voit pas comment elle pourrait encore se reconvertir. Theres travaille sept jours par semaine. Du mercredi au vendredi toute la journée et du samedi au mardi une demi-journée.

06h00, après deux heures, les médias sont distribués dans les boîtes aux lettres des habitants de Sensler. Il est temps de rentrer chez soi. A la maison, Therese s’accorde une courte pause. Mais dans sa tête, elle planifie déjà le reste de la journée. Sa fille va se lever et sa mère va la conduire à son programme d’occupation. Aux alentours de 8 heures, Therese peut alors commencer le deuxième lot de publicités qu’elle doit distribuer.

Peu avant midi, Therese est de retour à la maison et se tient dans la cuisine, ouvre le réfrigérateur et observe son contenu. Elle n’y voit pas grand-chose. Il y a quelques pommes de terre, des carottes, des oignons, un lait, du beurre, un morceau de fromage et un pot de confiture. Les légumes sont déjà un peu «boueux», elle opte donc pour une bonne soupe de légumes. Il lui reste également un morceau de pain dur qu’elle fait tremper dans un peu de lait et qu’elle mélange à la soupe à l’aide d’un mixeur.

12h00, sa fille s’assied à la table de la cuisine et ensemble, elles sirotent la soupe. Sa fille la remercie pour le repas et s’enquiert de ce qu’il y aura demain. «Voyons ce que le sac à merveilles nous réserve aujourd’hui. Laissons-nous surprendre. Peut-être qu’il y aura un peu de viande cette fois-ci», répond la mère, car nous sommes mardi. Tous les mardis, Therese peut aller chercher gratuitement un sac de nourriture au centre de distribution alimentaire de la FEG à Guin.

L’après-midi, Thérèse s’occupe du ménage. Vers 16 heures, elle se prépare à nouveau et prend la direction de Guin. Elle se gare devant le bâtiment de la FEG, Freie Evangelische Gemeinde Düdingen-Freiburg. Elle est l’une des premières à arriver, mais elle voit déjà les bénévoles dans la salle qui emballent les derniers sacs. Elle s’assied dans la zone d’attente. Peu à peu, des visages connus arrivent. Ils se saluent les uns les autres. Mais il y a aussi des visages inconnus. A 17 heures, les visiteurs du centre de distribution alimentaire peuvent aller chercher un café au comptoir de la cuisine et aujourd’hui, ils ont également droit à quelques mini-muffins. On parle et on demande comment s’est passée la semaine passée. «Je trouve ça bien de pouvoir parler de nos problèmes ici et de savoir que l’on est compris. De temps en temps, on peut aussi se donner des conseils».

L’inscription à la distribution de nourriture démarre. Therese sort son code QR, se place dans la file d’inscription et tient bientôt dans ses mains un sac contenant des denrées alimentaires pour son ménage de deux personnes. Elle regarde à l’intérieur et dit : «Super, il y a un paquet de fromage d’Italie et même quelques chocolats, ma fille va être contente». Therese sourit. Les denrées alimentaires suffisent à peu près jusqu’à samedi, voire dimanche. Elle n’a donc que peu de choses à acheter en plus. Cela la rassure, car le budget jusqu’à la fin du mois est déjà serré. Il devrait juste suffire. Les visiteurs restent encore un peu assis, puis ils prennent congé et se préparent à rentrer chez eux. A la maison, Therese prépare le repas du soir. Après le repas, elle s’allonge sur le canapé. Elle sent que ses articulations sont douloureuses. Vers 20 heures, Therese va se coucher et dort jusqu’à ce que le réveil sonne à nouveau à 3 heures du matin.

Therese est l’une des nombreuses femmes élevant seules leurs enfants qui ont perdu pied dans la vie professionnelle. Elle travaille pour différents employeurs afin d’arriver à ses heures et pourtant, à la fin du mois, l’argent suffit à peine. L’aide alimentaire allège considérablement le budget de telles familles. Aidez-nous et soutenez notre fondation qui distribue chaque jour gratuitement 24 tonnes de marchandises à des institutions sociales, comme la distribution alimentaire à Guin.

A la fin de notre entretien, Therese ajoute : «N’ayez pas honte de votre budget serré. N’ayez pas honte d’accepter de l’aide. N’ayez pas honte de demander de l’aide. Nous sommes tous des êtres humains et nous sommes dignes d’être aidés». Nous n’avons plus rien à ajouter à cela.

Faire un don

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

Dario – Civiliste

«Chaque jour est différent, c'est ce qui me plaît. J'ai vite su que je préférais faire un service >>>

Al Oron t’aide

Lorsque l’association Al Oron t’aide ouvre pour la première fois ses portes en septembre 2019, 5 personnes se >>>

retour
2023-08-31T16:23:34+02:00
Aller en haut