Faire un don
Faire un don

Un rapport d'expérience de Roberto Walser

Roberto Walser travaille depuis janvier 2021 comme responsable de la planification dans la région de Zurich. Il a eu son premier contact avec la fondation en 2020 déjà, lorsqu’il a effectué un programme de travail de six mois au sein de la fondation via l’ORP. Depuis, il est resté accroché, comme il le dit en souriant. Les deux parties se sont réjouies de l’embauche définitive.

Les premiers mois à la fondation ont été éprouvants, car de nombreux magasins d’alimentation ont dû fermer en raison de la pandémie, ce qui a permis de récupérer une quantité incroyable de denrées alimentaires. C’étaient des produits particulièrement beaux que nous avons pu collecter, nous raconte Roberto. Aujourd’hui, la situation s’est à nouveau calmée.

Une autre expérience marquante pour lui a été la visite de l’institution sociale Open Heart, qui distribue des denrées alimentaires aux sans-abri. Roberto a accompagné l’équipe lors d’une intervention en soirée. «C’est impressionnant de voir à quel point les gens sont reconnaissants et comment les gens sont incompris. Mais distribuer de la nourriture le soir dans les ruelles n’est pas sans risque. C’est pourquoi il est important de ne jamais se déplacer seul», rapporte Roberto.

Comme toutes les régions, celle de Zurich travaille avec des civilistes, des bénévoles et des personnes issues de programmes de travail. Roberto est confronté quotidiennement à des personnes aux caractères et aux parcours très différents. Les civilistes viennent souvent en plusieurs étapes, c’est pourquoi Roberto ressent ces retrouvailles comme une vieille connaissance : «C’est agréable d’être constamment confronté à des jeunes. Malgré mes 62 ans, nous nous entendons très bien. Je ne ressens pas du tout le «fossé entre les générations». Grâce à mon parcours personnel, je peux aussi très bien me mettre à la place des personnes des programmes de travail.»

Roberto assiste le responsable régional Philipp Schreier dans la planification des tournées et du personnel. Il contrôle les différents itinéraires et procède à des ajustements lorsque de nouveaux distributeurs de denrées alimentaires ou acheteurs viennent s’ajouter. Cela permet également de mieux évaluer les besoins en personnel. Les interventions sont planifiées le mieux possible à l’avance. Si quelqu’un est absent, il faut réagir spontanément. Il arrive alors que Roberto et Philipp partent eux-mêmes en tournée.

Roberto est également impliqué dans la gestion des stocks. Il réceptionne les marchandises données, les contrôle et coordonne leur distribution.

Le travail au sein de la fondation enrichit la vie de Roberto. Les thèmes de la pauvreté et du gaspillage alimentaire ne le préoccupent pas seulement au travail. Chez lui, il fait de son mieux pour éviter autant que possible le gaspillage alimentaire. Sa recette : il vit seul et peut donc toujours faire ses courses à la dernière minute. Son réfrigérateur reste presque toujours vide, car les aliments achetés sont transformés rapidement. S’il arrive que des légumes se ratatinent, il y a une astuce : des légumes cuits à la vapeur dans de l’huile d’olive avec un peu d’ail et beaucoup de persil, combinés avec des pâtes. Et voilà, la «pasta trifolata» est prête ! Et lorsque le pain devient dur, Roberto aime l’utiliser comme une sorte de biscotte.

Dernières « Aperçus »

retour
2022-09-22T10:40:35+02:00
Aller en haut