Faire un don
Faire un don

Carmina Ouznadji – Les gens me tiennent à cœur

Carmina Ouznadji a fêté en octobre 2023 son dixième anniversaire à la fondation Table Suisse. Elle est responsable de la comptabilité financière et du personnel. Elle n’est pas seulement douée avec les chiffres, mais elle a aussi une sensibilité particulière pour son prochain. L’équipe de la Table Suisse apprécie Carmina pour sa longue expérience au sein de la fondation et plus d’un collègue de travail a déjà été reconnaissant pour ses conseils. En travaillant à la Table Suisse, Carmina souhaite apporter sa contribution personnelle à la réduction de la pauvreté en Suisse. Elle a grandi en Suisse, mais a des racines italiennes. Ses parents ont connu la pauvreté lorsqu’ils étaient enfants et ont appris très tôt à Carmina à gérer les ressources de manière consciente.

Comment es-tu arrivée à la comptabilité financière et qu’est-ce qui te passionne dans ce domaine ?

« Les chiffres ne m’intéressaient pas beaucoup quand j’étais jeune. J’étais plutôt intéressée par la médecine, j’ai donc suivi un cours d’un an pour devenir secrétaire médicale. Ensuite, j’ai fait une école de commerce, c’est là que j’ai découvert ma passion pour les chiffres. J’étais plutôt bonne en comptabilité et les cours étaient presque ennuyeux pour moi. J’aimais beaucoup les chiffres, alors je me suis renseignée sur la possibilité de passer à la comptabilité financière. Je n’avais toutefois pas assez d’expérience pour y entrer directement. L’école de commerce a été suivie d’un stage dans une compagnie d’assurance. J’ai ensuite suivi une formation d’employée de commerce. Forte de cette base et d’une autre expérience professionnelle auprès de caisses d’assurance maladie, j’ai osé me lancer dans la comptabilité financière. Dans une petite entreprise, j’ai eu la chance de travailler dans le domaine de la comptabilité. Je me suis alors inscrite à la formation de comptable financier. Ce fut une période intense. Lorsque j’ai passé les examens de comptabilité financière, j’étais enceinte et l’accouchement était imminent. Jusqu’à aujourd’hui, les chiffres m’ont toujours passionnée. On peut lire tellement de choses dans les chiffres, je trouve cela passionnant. »

 Comment es-tu arrivée à la Fondation Table Suisse ?

« J’ai travaillé pendant quelques années dans différents secteurs et entreprises. Ça me plaisait toujours plus dans les petites entreprises. En 2013, j’ai voulu changer, mais je n’étais pas encore activement à la recherche. J’ai appris par hasard que la fondation Table Suisse voulait réorganiser sa comptabilité financière, cela semblait très intéressant. Une comptabilité de fondation est différente de la comptabilité d’entreprise que j’ai pu connaître jusqu’à présent. Lorsque je me suis présentée, cela a tout simplement collé. Je pouvais également m’identifier fortement à la mission de la fondation. Peu de temps après, j’ai commencé. Depuis, dix ans ont passé. »

Qu’est-ce qui t’est resté de particulier au cours de ces dix années ?

« Une connaissance avec un ancien sportif m’est restée particulière. Lors d’une journée de la soupe à Berne, j’ai fait la connaissance d’un jeune homme, un ancien boxeur. Par suite d’un accident, il s’est retrouvé en fauteuil roulant. Il s’est retrouvé dans des difficultés financières et a fini par perdre pied dans la vie. Il ne savait pas comment continuer. Heureusement, le jeune homme a surmonté cette phase difficile et a retrouvé le chemin de la vie. Aujourd’hui, il collecte des dons pour les personnes qui, comme lui, sont dans le besoin. Avec l’argent, il achète des bons Migros, car on n’y trouve pas d’alcool. Il les redistribue aux personnes touchées par la pauvreté. J’ai encore des contacts avec lui de temps en temps. Son histoire m’a beaucoup touché. »

Que signifient pour toi les thèmes du « gaspillage alimentaire » et de la « pauvreté » ?

« Peu m’importe le nombre de tonnes de nourriture que nous sauvons chaque jour. Ce qui m’importe, c’est que les personnes qui ont besoin d’aide la reçoivent. Soulager la pauvreté est ma motivation et la raison pour laquelle je peux si fortement m’identifier à la mission de la fondation. La pauvreté existe aussi dans la Suisse riche. Mes parents ont vécu, étant enfants, en Italie la Seconde Guerre Mondiale. Pour ne pas mourir de faim, ils ont rapidement appris à utiliser les aliments de manière consciente. Ils ont également transmis ce savoir à leurs enfants. La famille de mon mari vit en Algérie. Pour lui aussi, il est important d’éviter le gaspillage alimentaire. Nous achetons des produits aussi frais que possible et seulement ce dont nous avons besoin. J’aime cuisiner en petites quantités et j’apprécie une cuisine variée. Cela signifie que je suis tous les jours dans la cuisine. Heureusement, j’aime tellement cuisiner. Ainsi, il n’y a presque pas de restes et il est rare que quelque chose se gâte. Ma fille aînée est aujourd’hui elle-même mère et, en tant que grand-mère, je transmets mon savoir à ma petite fille. Je suis convaincue que chacun, jeune ou vieux, peut apporter sa contribution à notre société et à l’environnement. »

Peux-tu recommander un menu Foodsave ?

« S’il m’arrive d’avoir trop de « pommes de terre en robe des champs », le lendemain, je fais des frites aux oignons de printemps. En fait, presque tout y rentre, c’est donc un menu Foodsave reconnaissant. »

Frittata italienne aux pommes de terre

Pommes de terre cuites, oignons de printemps, huile d’olive, ail, sel, poivre, œufs (env. un œuf par 150g de légumes)

  1. couper les « pommes de terre en robe des champs » en dés
  2. couper finement les oignons de printemps
  3. battre les œufs, saler et poivrer, incorporer l’ail pressé
  4. Chauffer la poêle avec un peu d’huile d’olive.
  5. faire revenir les dés de pommes de terre avec les oignons de printemps, puis ajouter les œufs battus
  6. faire dorer la frittata des deux côtés
  7. servir la frittata chaude

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

retour
2024-01-17T14:03:20+01:00
Aller en haut