Faire un don
Faire un don

Dario – Civiliste

«Chaque jour est différent, c’est ce qui me plaît. J’ai vite su que je préférais faire un service civil plutôt que l’armée. Mon beau-frère avait déjà terminé son affectation de civiliste et m’a parlé de la fondation Table Suisse. Je ne connaissais pas cette organisation jusqu’à présent, mais j’ai été enthousiasmé par ce que j’ai entendu. J’ai ensuite posé ma candidature pour une affectation de longue durée auprès de la région Suisse centrale à Rothenburg. Maik Deutschmann, responsable de la région, m’a fourni des informations et m’a invité à une journée d’essai. Après cela, il était clair pour moi que je voulais effectuer ma deuxième affectation de civiliste auprès de la fondation Table Suisse», nous raconte Dario.

Le jeune homme de 27 ans travaille tous les jours depuis six mois à Table Suisse, c’est déjà sa dernière semaine. «Je suis logisticien de formation et j’ai suivi une formation continue pour devenir spécialiste en logistique. J’ai eu la chance de prendre plus de responsabilités dans une entreprise de technologie médicale qui lutte contre le cancer et je travaille désormais majoritairement dans un bureau. Ce travail me motive, car je sais que notre activité peut aider de nombreuses personnes. C’était aussi ma résolution lorsque j’ai cherché une affectation de service civil qui me convienne. Il était important pour moi que mon service serve à quelque chose d’utile et que je puisse m’identifier avec le travail. Par chance, j’ai appris l’existence de la fondation Table Suisse par mon beau-frère. Cela m’a permis de faire de merveilleuses expériences au cours des six derniers mois et je suis convaincue d’avoir fait quelque chose de bien. Bien sûr, les tournées de collecte étaient physiquement éprouvantes. Mais je me souviens avec plaisir des visages des clients lorsque nous avons ouvert les portes des camions de livraison et qu’ils ont vu les aliments sauvés. Lorsque je voyais la joie des acheteurs et que je ressentais leur gratitude, mon cœur s’ouvrait. Cela vaut bien les courbatures 😉», nous raconte Dario avec un sourire.

Les coéquipiers de la région Suisse centrale apprécient beaucoup Dario. Maik Deutschmann, responsable de la région, sait à quel point il est important d’avoir des gens motivés : «Sans la collaboration avec l’Office fédéral du service civil, notre action ne serait probablement pas possible. Chaque région de Table Suisse ne dispose que d’un ou deux employés fixes. Nous dépendons des civilistes et des bénévoles qui nous aident lors des tournées de collecte et de distribution des marchandises. Quand il s’agit alors de personnes qui mettent la main à la pâte avec motivation, cela fait d’autant plus plaisir».

Dario nous raconte à quoi ressemble une journée de travail à Table Suisse. «Une journée à Table Suisse commence dans l’entrepôt de la région à Rothenburg. Nous nous rassemblons à 7h30 et sommes instruits par Maik. Nous discutons des tournées à venir et recevons les listes des enlèvements et des livraisons. Maik explique pour chaque tournée ce à quoi il faut faire attention. Il peut y avoir des collectes spéciales ou, par exemple, de nouveaux acheteurs de denrées alimentaires ont été ajoutés à la tournée. Après le briefing, nous allons chercher les camions de livraison. Parfois, nous chargeons encore des marchandises de l’entrepôt. L’entrepôt contient principalement des produits de longue conservation comme des conserves, des épices, du sel, du sucre, des articles d’hygiène. Une fois, on nous a même fait don d’une palette de nourriture pour chiens. Nous distribuons ces produits au fur et à mesure. Nous partons vers 8 heures. Il y a toujours deux personnes par véhicule. Je trouve que c’est bien que les équipes ne soient pas fixes. Cela m’a permis de faire la connaissance de différentes personnes. Nous nous sommes toujours bien entendus.» Dario sourit et continue d’expliquer : «Lors d’une tournée, nous collectons des marchandises et les redistribuons immédiatement. Cela signifie que nous commençons par visiter quelques distributeurs de denrées alimentaires, comme des détaillants et des boulangeries. Ensuite, nous devrions avoir suffisamment de marchandises dans la camionnette réfrigérée pour pouvoir livrer les premiers bénéficiaires. Les tournées sont planifiées le mieux possible à l’avance, mais il appartient toujours aux chauffeurs de décider s’ils veulent respecter l’ordre ou le modifier quelque peu afin que les bénéficiaires reçoivent suffisamment de marchandises. Les donateurs de denrées alimentaires n’ont pas toujours de la marchandise que nous pouvons récupérer. L’expérience est alors utile. C’est pourquoi Maik veille aussi à ce que les nouveaux bénévoles soient plutôt accompagnés de personnes expérimentées. Avec le temps, les chauffeurs connaissent les besoins des bénéficiaires, une organisation apprécie par exemple beaucoup les produits de boulangerie, une autre les fruits et d’autres bénéficiaires sont reconnaissants d’avoir la plus grande diversité possible. Nous faisons de notre mieux pour parvenir à une distribution satisfaisante. Malheureusement, il peut arriver que nous ne collections pas assez de denrées alimentaires. Nous appelons alors la centrale pour savoir si un don spécial a été fait entre-temps. Maik coordonne alors la distribution optimale. Une fois la tournée terminée, nous rentrons à Rothenburg, déplaçons les caisses dans la voiture, nettoyons les véhicules si nécessaire, les garons et donnons à Maik un feedback sur la tournée. À 16 h 30, nous nous disons au revoir».

Dario termine son affectation de longue durée en tant que civiliste avec de précieuses impressions qui continueront à l’accompagner et déclare : «Je peux définitivement recommander l’affectation de civiliste à Table Suisse».

Merci Dario et à tous les autres civilistes motivés qui nous donnent un coup de main énergique !

« Aperçus » précédents

Drahtesel

Pleine d'impatience, je croque dans le biscuit au chocolat à côté de mon café : «Mmmh». Le biscuit >>>

retour
2023-09-04T16:33:35+02:00
Aller en haut